L'Épistolaire

correspondances

L’éventualité

Le Grand Robert en dit

1. Caractère de ce qui est éventuel. > contingence, hasard, incertitude > cas, hypothèse, possibilité

2. Cicronstances, événement pouvant survenir à l’occasion d’une action.

Contingence, du latin contingere, toucher. Le hasard, donc, est le fruit d’un toucher. À noter que le mot hasard lui-même vient de l’arabe az-zahr jeu de dés !

Éventualité, du latin eventus, événement, de e(x)-venio, venir hors (de), «se produire».

De la même racine (venio, venir) sont nés conventio et conventicus qui signifient respectivement assemblée et fortuit, le premier ayant même donné convention et couvent.

***

En somme, l’éventualité se définit à l’origine par deux concepts généraux:

  1. venir (à ou de), qui implique un certain déplacement (on pourrait donc supposer changement, mouvance, &c.)
  2. un ensemble, soit de circonstances ou de facteurs, enfin, d’éléments qui composent cette «venue du hasard».

ALEA JECTA EST !

g, p, h, b, þ

fragment d'un jeu de runes

Tout ce qui touche l’avenir semble aussi tiré d’une certaine notion de fatalité.

Fatalité, du latin fatum, lui-même de fans, «celui qui parle». C’est-à-dire que fatum est littéralement «ce qui a été déclaré». Ainsi, ce qui aura fini par donner le concept de fatalité passe en premier par un concept de prophétie. (Du grec pro + phêmi, dire en avance)

À remarquer que le latin for, fari (infinitif de fans et fatum) se rapproche beaucoup du grec phêmi, parler, lequel provient, comme son homologue fari, de la syllabe indoeuropéenne «bha», (qui se retrouve d’ailleurs dans le mot celtique barde, à savoir «celui qui raconte». * En sanskrit, parler se dit bhánati.

À noter que du côté du latin, fari et ses dérivés ont donné des mots tels que fable, faste et néfaste

et que de celui du grec, phêmi et ses dérivés ont donné parole (phatis étant rumeur, parole) phonétique, phonème (phonê étant voix).

***

La fatalité, pourrons-nous dire enfin, est elle-même issue d’une parole.

***

La parole ordonne, la parole ordine. Du latin ordo, rangée, qui a aussi donné orno, dans le sens d’ «arranger», qui finira par donner orner.

À remarquer: ORD- est directement lié aux langues germaniques. En norrois, orð signifie mot, ce qui a directement donné ord dans les langues norvégienne, suédoise et danoise actuelles. Comme wort en allemand et word en anglais. Word, qui tient son origine de wurdan, très similaire à l’actuel allemand werde, qui implique un futur. Word, qui prend un poids plus grand lorsqu’il signifie promesse, comme dans «sur ma parole». Le mot oath (promesse), provenant de , a donc assez probablement un lien avec le mot mot.

De plus, word a aussi dans son histoire la forme waurd, dérivée directement du verbe latin !

Intéressant, aussi, de constater que la tradition celtico-scandinave (et plus…) lisait son avenir dans les runes, un système alphabétique appliqué au norrois, au vieil anglais, à l’étrusque &c., dont les symboles étaient non seulement des lettres, mais aussi des concepts et surtout des éventualités!

N.B. : La rune qui ne porte pas de lettre d’alphabet, la rune vide de symbole, se nomme WYRD (!) et représente le divin, le destin, l’inconnaissable et a entre autres pour mandat de rappeler que l’avenir tient aussi de forces externes incontrôlables.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :